Une séquence sur la poésie en 6ème

Lire, comprendre, créer
Le dimanche 2 mai 2004.

Entrer en poésie n’est pas chose simple. Pour des élèves de sixième, la poésie est liée à une forme ( c’est des vers, des strophes, des rimes) , à des thèmes un peu "légers" (ça parle d’animaux, d’amour, de tendresse, des arbres, de la nature), à un exercice terriblement scolaire ( réciter, apprendre, ne pas savoir, mettre le ton)... Trop souvent encore, l’écriture poétique, parce qu’elle est "exotique" dans sa forme, souffre d’être complexe et mal comprise ( c’est difficile, on ne comprend pas tout, c’est vieux, c’est Hugo(sic)..)
Ainsi, Sylvie Meurot et moi-même avons essayé de modifier ces représentation. Comme nous l’avons fait pour le petit lapin noir de Michel Deville, nous avons essayé de varier la façon de l’enseigner, de la lire et de discourir sur elle.

Pour ce faire nous nous sommes servis d’une série de petits livres publiés dans la collection Poésie pour grandir chez Cheyne éditeur, et nous avons travaillé, en initial, sur les préfaces que les auteurs ont écrites.

Pour toi lecteur

Ecrire un poème est toujours pour moi un geste grave. J’ai l’impression, par les mots, d’attacher un lien aux choses, de les tirer un peu à moi.
Si toi aussi, tu les sens t’appeler, comme te faire signe, tu es en route.
Mais voilà, sitôt attaché, le lien m’échappe, les choses fuient, fuient de leur côté....
Dans quel monde est-on ?
Chaque fois que j’écris , je trouve un autre monde, je découvre une vraie " terre de ciel". Je ne sais pas où je suis.

Gérard Bachelier
.

Les mots sont comme des enfants qui ne tiennent pas en place. Pour peu qu’on leur lâche la bride, les voici qui galopent dans le vent, qui s’appellent, se poursuivent, se chamaillent.
Restez donc tranquilles une seconde, dit le poète, je vais vous prendre en poème. Mais le temps de presser le bouton, l’un a bougé, l’autre tourne le dos, le troisième fait la grimace !
Ainsi ne retrouve-t-on pas toujours sur la page l’image, la musique , ce peu de rêve qu’on voulait y retenir.
Heureusement une photo, même floue ou mal cadrée, donne parfois à rêver. Un poème, même imparfait, pourra peut-être t’inciter à te mettre, toi aussi, à l’affût des mots, à les saisir dans leur élan, dans leur lumière et leur beauté, le temps d’un déclic, l’éclair d’un poème.
 

Pierre Gabriel

La poésie c’est comme des lunettes.

On m’a souvent demandé : la poésie, à quoi ça sert ? Avec l’air de dire, sourire en coin : Mon pauvre Monsieur, ne vous donnez pas tant de mal, avec la télévision, le cinéma, le foot et le loto, on a bien ce qu’il nous faut ! Et je ne savais pas que répondre parce que la poésie pour moi a toujours été une chose naturelle comme l’eau du ruisseau. Mais j’ai beaucoup réfléchi, et aujourd’hui, je sais : la poésie, c’est comme des lunettes. C’est pour mieux voir. Parce que nos yeux ne savent plus, ils sont fatigués, usés. Croyez-moi, tous ces gens autour de vous, ils ont les yeux ouverts et pourtant petit à petit, sans s’en rendre compte, ils deviennent aveugles.
Il n’y a qu’une solution pour les sauver : la poésie. C’est le remède miracle : un poème et les yeux sont neufs. Comme ceux des enfants. A propos des enfants d’ailleurs, j’ai aussi un conseil à donner : les vitamines A, B, C, D, ça ne suffit pas. Si on ne veut pas qu’en grandissant ils perdent leurs yeux magiques, il faut leur administrer un poème par jour. Au moins.

Jean Pierre Siméon

Les mots grognent. Les mots reniflent. Ils se gratouillent, protègent un trésor sous leur pattes, et déposent leurs crottes là où l’on ne les attend pas. Ils suçotent des bourgeons aussi, et font des petits. Leurs petits, ils les cajolent, puis les précipitent un très beau matin depuis leur nid dans la transparence de la vie.
Ah ! Les mots ! Ils ne sont pas vraiment nés pour terminer au zoo ! Ouvrez les livres et délivrez les mots ! A chaque page tournée vous libérez une porte ; à chaque porte un mot revit. Alors suit la meute. Elle s’agenouille, léchant la paume de votre main d’un long coup de langue , ou bien mordillant vos rêves de chasseurs. Dans un grognement bref et dense, les mots interrogent soudain la nuit de l’encre : " A quelle heure l’homme sera-t-il un poème ?"

Alain Serres

Je n’invente rien.

Mes histoires et mes mots sont les mêmes que les tiens. Simplement, je les assemble de telle sorte qu’ils puissent de surprendre.
Si tu ne vois pas tout à fait ce que je vois, ça n’a pas d’importance : l’essentiel est que ton regard invente autre chose, que mes objets, mes arbres, mes herbes ou mes étangs deviennent les tiens.
Tu ne sauras jamais tout à fait comment s’éclaire le soir à ma fenêtre.... Mais si un mot éveille en toi un autre moment de lumière sur ta vitre, mon poème sera le tien et le soir, justement, pourra te prendre par la main...

Christian da Silva.

Sais tu, mon ami inconnu, que je suis comme toi ? Parfois j’ai froid, parfois j’ai peur, parfois je me sens seul et l’envie me vient de pleurer longtemps, tout bas. Alors j’écris des poèmes. Et il y a des moments légers où le jour est si clair à ma fenêtre, où je suis si près de ceux qui m’aiment que l’envie me vient de parler de chanter, de parler encore. Alors j’écris des poèmes. Et de tous ces poèmes j’ai fait un livre, comme une longue lettre un peu folle que je t’adresse. Histoire de nous connaître mieux.

 Jean Pierre Siméon

J’ai souvent fait et refait un rêve qui raconte toujours plus ou moins la même choses : je me retrouve dans une maison très familière, la mienne ou peut-être une maison de vacances, ou d’amis proches, quand soudain sans raison apparente, je comprends avec un immense bonheur qu’une partie de cette habitation m’était demeurée cachée. Que j’avais ainsi vécu longtemps, des années peut-être, à côté d’une chambre close, sans le savoir, jusqu’à ce moment précis où je vais pousser la porte. Le rêve s’arrête là, à cette joie qui me laisse ému, tremblant, au seuil de l’inconnu.
J’ai eu envie d’écrire un long poème qui serait comme une invitation à entrer dans l’espace réel et mystérieux qui commence derrière cette porte. 

J F Manier

Voici, sous forme de déroulé chronologique la démarche que nous avons menée.

1) Activités à partir des préfaces de Poésies pour grandir

1) Donner à lire les préfaces manuscrites , leur transcription, leur résumé. ( ici, sur le site nous ne proposons qu’une version dactylographiée des textes choisis)
Comme les groupes sont hétérogènes, chacun peut choisir le type de texte qui lui convient.

2) L’objectif de l’activité de lecture est de produire des slogans qui pourraient définir la poésie telle que les écrivains la présentent.

-  a) Définir avec les élèves le mot slogan..

-  b) En repérer un "tout fait" dans l’une des préfaces : Exemple " la poésie, c’est comme des lunettes."

3) Chaque groupe, chaque élève va noter ses slogans au tableau. ( donner des craies de couleur ; c’est plus esthétique). Les élèves sont ( étrangement) disciplinés. Eh oui, chacun a vraiment quelque chose à écrire ! Seule consigne à respecter : Pas plus de 4 élèves ensemble au tableau.

4) Lorsque tous les slogans sont écrits. Lecture de toute la classe. Et chacun en recopie au moins cinq sur son classeur.

5) Ensuite : on distribue une anthologie poétique que nous avons créée ( l’anthologie ici en lien est au format word zippé) et chaque groupe choisit trois ou quatre slogans .

Il cherche ensuite à les illustrer par un poème extrait de l’anthologie.
Il essaie enfin de produire un discours justificatif. ( oral écrit)

Slogans et poèmes : exemples de la classe de 6° A

Ouvrez les livres et délivrez les mots :
Poème n° Ce slogan va très bien avec le poème de Tristan Tzara. Le poète demande de découper les mots , de les mettre dans un sac, de les secouer et de refaire un poème au hasard. En sortant les mots du sac on les libère de leurs phrases.
Le grand Combat : poème N° . Le poète invente des mots bizarres, comme si ses mots s’évadaient du dictionnaire et s’inventaient tout seuls. On dirait qua dans le poème les mots poussent, libres.

La poésie est un mystère, découvrez-la !
Le paon ( N°8) Le paon découvre son derrière et nous nous découvrons cette poésie.

Attention le petit vers va sortir ! Poème !

-  Poème 24 Participes :On peut dire que le poète est comme un appareil photo. Il prend plein de photos ( les mots) et il les pose sur sa feuille. Ca fait une image décomposée. Chaque mot remplace une photo. Je ne sais pas si vous allez comprendre mon texte, car c’est dans ma tête que je comprends ça.
-  Je choisis le poème 27. Dans ce texte , il y a plein de vers. Et le Z ressemble à un vers ( de terre) . En plus, sur la fin du poème, le Z disparaît ; donc le vers est sorti.
-  Je choisis le poème N°1 Ce poème parle d’un serpent qui dépasse d’une armoire. Or, le premier vers ressemble à un serpent et un serpent ressemble à un vers.

Le poème interroge la nuit de l’encre
Le poème protège un trésor dans ses pattes
.
Le poème le Grand Combat de Michaux montre des mots mystérieux, des mots rares. On "s’interroge" sur ces mots : ils sont comme des points d’interrogation.

Les enfants font rêver la poésie.
N° 22 Ce poème convient au slogan parce qu’il parle d’enfant, et qu’il a une forme d’enfant. On dirait que le poème a rêvé et qu’il a pris soudain la forme d’un enfant.

A quoi sert la poésie ?

J’ai choisi le poème 15, parce qu’on voit bien que ce poème ne sert à rien. Il dit n’importe quoi, mais c’est rigolo.

L’importance dans un poème , c’est de trouver son bonheur.

-  N° 20 : Le poème parle de "merveille". Et la merveille c’est le bonheur.
-  N° 7 : C’est un poème très drôle. J’ai souri. J’ai trouvé un peu de bonheur en le lisant.
-  Dans le poème taches N° ; On rit et on s’amuse a retrouver les mots cachés. Et jouer c’est un bonheur.

Le temps d’un déclic ; l’éclair d’un poème :
Le Chameau, poème N° . C’est comme une photo, ce poème. A la fin, en un instant, le chameau est devenu dromadaire.

2) Mise en place des ateliers lecture écriture, projet par groupe.

Les professeurs proposent une série d’activités aux choix sur le poèmes de l’anthologie :
Activités sur un seul poème, sur plusieurs poèmes.
Activités d’analyse, de création, de lecture, de "bricolage", de mise en page, d’oral, de transcodage etc (se servir du travail fait sur le petit lapin noir).

1 Quelques idées sur plusieurs poèmes : (on peut en trouver d’autres n’hésitez pas..)

faire une enquête sur les animaux dans la poésie :
Quels sont les animaux dont on parle ? Sont-ils tous réels, ou sont-ils fantaisistes ? Que dit-on sur eux ? Comment le dit-on ? Inventez , cherchez d’autres poèmes sur les animaux.

la poésie joue avec les sons :
Quels sont les poèmes qui jouent sur les sons ? Comment joue-t-on avec ces sons ? Et si on les lisait à voix haute ? Et si on inventait d’autres poésies sur les sons ? Et si on en trouvait d’autres ?

Les poètes parlent de leur façon de faire :
Pour faire un poème dadaïste page 3 : essayez la recette.
Outils posés sur une table : page 6 : A partir du poème inventez une recette d’ écriture et essayez là.
Bien placés bien choisis page 7 : Inventez des titres de poème
Les mots sont les êtres page 10 : Inventez d’autres actions de mots.
Inventez où les mots expliquent comment fabriquer un poète.
En conclusion : dites quels sont les points communs entre tous ces poèmes

Les poèmes à dialogues
La môme néant et Je suis ravi de vous voir : pages 4 et 5
Dites qui parle dans ces deux poèmes. Jouez les.( vous mêmes ou avec des personnages de papier)
Transformez les en changeant de niveau de langue.
Inventez d’autres dialogues sur le même modèle.
les deux escargots page 4
Jouez ce poème en faisant parler les personnages
Réécrivez le sous forme de poème dialogué

les poèmes à formes qui se répètent.
L’ogre page 3, le château de tuiles plates,page5 silence on tourne page 7,apprendre à voir page 8, le cheval applaudit, page 10
Expliquez comment ces poèmes sont fabriqués.
Fabriquez d’autres poèmes sur le même modèle
Inventez d’autres poèmes où des formes se répètent.

Les poèmes images.( Ou calligrammes.)
Page 8 et 9
Réécrivez les poème de Daniel Brugès sous forme de poème traditionnel.
Recopiez un poème de l’anthologie en faisant un calligramme.
Inventez es poèmes en jouant sur la mise en page.

2 Quelques idées de projet sur un seul poème

les deux escargots page 4
Jouez ce poème en faisant parler les personnages
Réécrivez sous forme de poème dialogué.
Récrivez le sous une autre forme ( BD, article de journal)

le grand combat Page 6
Essayez de donner des définitions aux mots qui n’existent pas. (comme pour un dictionnaire)
Inventez un poème avec des mots qui n’existent pas : titres la grande douceur. Le grand rire

la tache page 2
Inventez des poèmes où un son est remplacé par une image : ex : riz, pas, haie, lait
Inventez ou recopiez un poème en remplaçant certains mots par un dessin.

cherchez le z page 11
Recopiez le poème en remettant ( d’une autre couleur) le z manquant.
Inventez un ou plusieurs poèmes dont les titres pourraient être :
Le E qui mangea le S
Le M amoureux du P
Le poème qui ne connaissait pas le A
...

Pour faire ce travail qui dure pendant plusieurs séances, nous avons demandé aux élèves de remplir un "cahier de groupe" et un "cahier de textes ", trace du travail en projet. (sur les modèles suivants).

Fiche de travail de groupe

Projet(s).......................................

Choix du support final : affiche, dossier, volume, maquette, collage etc

Le documentaliste et l’espion est :

Le rédacteur du cahier de textes est :

Le régulateur de parole et de mise au travail est : .

Le poseur de question au prof est

Cahier de texte :

Aujourd’hui :

X a fait :....
Y a fait
Z a fait

Le groupe a travaillé : bien, assez bien, assez mal, parce que............

Pour la prochaine fois :
x doit faire..
Y doit faire
Z doit faire

Bilan final : le projet, la mise au travail du groupe

3) Mais la poésie n’est pas seulement dans les poèmes....

Sylvie et moi-même aimons tisser des liens et ne pas enfermer les mots dans des genres et des définitions qui les réduisent un peu. Nous pensons que les mots de la poésie ne sont pas un simple "jeu sur la langue", mais qu’ils inventent des mondes possibles qui permettent d’entrer plus avant dans ce que nous croyons être la littérature. Pour illustrer ce qui peut ressembler à une profession de foi, nous avons trouvé un récit destiné au tout petits, Monsieur à l’envers de . Ce récit illustré est un best-seller des écoles primaires , nous avons décidé de l’utiliser pour amener les élèves à créer de la poésie au dela du poème.

Nous avons donc manipulé ce récit dont on peut lire la version intégrale ici. Nous avons caviardé quelques passages. Voici cette version.

 

Monsieur À l’Envers Rogers Handgraves

Monsieur À l’Envers était un drôle de petit bonhomme. Avec lui, tout était sens dessus dessous, sens devant derrière, et à l’envers.
Extraordinaire !
Regarde sa maison.
...................................................................................................
...................................................................................................
À l’intérieur, c’était pareil.
.......................................................................................
Regarde aussi comment monsieur À l’Envers se sert d’un livre.
Non seulement ....
.......................................................................................
mais encore.....
...................................................................................................
Tu as déjà vu cela ?
Cette histoire raconte ce qui s’est passé quand monsieur À l’Envers est venu visiter la ville.
Personne ne sait exactement comment il fit pour la trouver, ni d’où il venait, mais il y arriva bel et bien.
Quelqu’un l’a vu descendre du train. Étant ce qu’il est, monsieur À l’Envers .................................................................................................................
Ce qui n’a rien de vraiment surprenant, n’est-ce pas ?
Il sortit de la gare par... l’entrée ! Puis il se mit à la recherche d’une chambre d’hôtel où passer la nuit.
Le directeur de l’hôtel se retint de rire en voyant monsieur À l’Envers avec son chapeau posé à l’envers sur sa tête et sa petite valise qu’il ne tenait pas par la poignée.
- Bonjour, monsieur, lui dît-il. Que désirez-vous ?
Il y a une chose que tu ignores encore à propos de monsieur À l’Envers. C’est sa façon de parler.
Tu vas voir...
.....................................................................................................................
Le directeur se gratta la tête.
 -Vous voudriez une chambre ? demanda-t-il.
Le directeur avait compris !
Monsieur À l’Envers prit l’ascenseur et se retrouva dans une chambre. Il défit sa petite valise, mit son pyjama et se coucha. Son voyage, quelle qu’en soit la longueur, l’avait fatigué.
Le lendemain, monsieur À l’Envers visita la ville. Mais que d’embarras il causa !
Il prit tout d’abord un taxi, et troubla tellement le chauffeur en tentant de lui expliquer où il voulait aller que le pauvre homme percuta un feu rouge.
Puis il entra dans un grand magasin du centre ville. Il monta à l’étage et s’arrêta devant un rayon.
.....................................................................................................................
Pour sortir du magasin, monsieur À l’Envers descendit l’escalier mécanique de montée.
Et tous les clients tombèrent à la renverse ! Quelle chute, jambes par-dessus têtes !
Ce jour-là, monsieur À l’Envers fit toutes sortes de choses étranges.

Il traversa...
................................................................................................
Il alla chez un libraire et ...
.........................................................................................................
Puis il se rendit dans un musée et .....
............................................................................................................
Au bout d’une journée, monsieur À l’Envers disparut de la ville.
Personne ne sait exactement comment il s’en est allé, ni où il est allé, mais il est bel et bien parti, puisqu’on ne l’a plus revu.
Toute la ville a soupiré de soulagement.
Mais...Plus rien n’était comme avant.
Le vendeur de journaux, au lieu de crier : « Les nouvelles du jour ! » ......
............................................................................................................
Le présentateur de la télévision, au lieu de...
...............................................................................................................
Tout le monde parlait et se mettait à vivre comme monsieur À l’Envers et...

... Comme toi, si tu veux bien essayer !

 

En classe entière, les élèves ont cherché comment écrire les pasages manquants. D’abord, il a été nécessaire de définir un peu plus largement le mot " à l’envers" et pour ce faire , nous avons ensemble réfléchi à la description de la maison...
- Mettre le haut en bas, n’est pas très poétique " a dit Magali.
- Que peut vouloir bien dire à "l’envers". ? Nous sommes dans une séquence sur la poésie. Je crois qu’il faut jouer avec les mots et les images...
- sans dessous dessus ?
- Faudrait que ça n’ait pas de sens, alors ?
- Faudrait que ça soit surprenant.
- Comme dans les poèmes qu’on a lus ! J’ai une idée on pourrait dire :"Les nuages rentrent par la cheminée"
- Imaginez le toit ? Comment pourrait-il être ?
- le toit serait en papier peint rose et y’aurait des oiseaux qui feraient leur nid dessus.. (rires)
- Et les murs ?
- Il seraient en laine, comme un pull... Non pas en laine ! En soie , c’est plus doux...

L’invention était lancée et les élèves ont joué avec les mots et les images... Voici un extrait de laur production...

(...) Ce jour-là, monsieur À l’Envers a fait toutes sortes de choses étranges.

Il a traversé les égouts sur un bateau à voiles

Il est allé chez un libraire et a acheté dix kilos de poésie qu’il a dévorée en récitant des formules de mathématiques

Puis il s’est rendu dans un musée .

 Il n’a rien regardé mais a pris le thé avec un canard, un cygne, une vache empaillées, un carreau de plâtre, une moto à pédales et trois bandits préhistoriques.

Au bout d’une journée, monsieur À l’Envers a disparu de la ville.

Personne ne sait exactement comment il s’en est allé, ni où il est allé, mais il est bel et bien parti, puisqu’on ne l’a plus revu.

Toute la ville a soupiré de soulagement.

Mais...Plus rien n’était comme avant.

Le vendeur de journaux, au lieu de crier : "Les nouvelles du jour ! " s’est mis à chanter " les ficelles du soir, qui veut les ficelles du soir ?"

Le présentateur de la télévision, au lieu de parler des inondations et des catastrophes, a déclaré son amour à sa vieille voiture, a dansé la samba et s’est endormi sur son micro.(...)

Denis Fabé
Sylvie Meurot
Collège de Provin